La conjuration primitive de Maxime Chattam (2013)

Publié le par Marion L.

La conjuration primitive de Maxime Chattam (2013)

Un univers noir, des détails techniques, du suspens... Maxime Chattam dans toute sa splendeur.

     Le postulat est simple mais terrifiant. Un groupe de tueurs en série se rassemble pour qu'ensemble ils soient plus forts. Une idée qui fait froid dans le dos.

     Les tueurs surnommés "le fantôme" et "la Bête" font des ravages en France, puis en Europe. Une brigade de gendarmes français enquête, se plongeant de plus en plus dans l'horreur. Mais quel est le lien entre les deux ? Un "*e" gravé dans la chair de leur victime...

     J'avais commencé ma fiche de lecture quand je l'ai lu en 2013 par une révélation trop énorme. Je coupe ce morceau, même s'il est très important. L'auteur fait quelque chose à la moitié de son livre qui ne manquera pas de soulever des réactions. Moi j'ai fermé le livre et je l'ai jeté plus loin sur le lit. Non ! Bon, j'ai vite repris parce que j'aime beaucoup cet auteur.

Les descriptions sont toujours aussi macabres et dépeintes avec un réalisme déconcertant.

     Toujours aussi bien. même si ce sont encore des femmes qui s'en prennent plein la tête. Décidément. Freud aurait pris plaisir à se plonger dans les œuvres de Maxime Chattam.

     La rencontre de fin avec un personnage m'a fait réagir également, comme si je retrouvais un vieil ami. N'importe quoi, j'ai dû trop lire certains de ses livres.

Nous retrouvons avec plaisir ce qui a pu nous plaire dans sa trilogie du Mal. Il ne nous épargne rien, ni à nous, ni à ses personnages, et encore moins aux victimes de ses bourreaux.

     Nous sommes plongés dans son univers, dans ce que l'homme peut faire de pire. Dans la noirceur et l'enfer. Un thriller captivant. Vous êtes dans la tête d'une personne qui s'est construite pour devenir le prédateur d'un prédateur.

Pari réussi une fois de plus pour cet auteur.

Marion (Source image : Babelio)

Commenter cet article