Calendrier de l'Avent 17 #11 : Le sourire des femmes de Nicolas Barreau

Publié le par Marion L.

Calendrier de l'Avent 17 #11 : Le sourire des femmes de Nicolas Barreau

Onzième jour, onzième livre, onzième chronique : une histoire d'amour qui saura vous charmer. Un coup de coeur.

     Tout commence par un sourire, celui d'une femme. Un sourire qui n'est pas là au début du livre puisque cette femme vient de perdre son père et d'être jetée par son copain qui lui préfère une autre femme.

     Aurélie est désespérée et traîne comme une âme en peine dans les rues de Paris, sous la pluie. Un policier la sent tellement mal qu'il craint qu'elle ne saute dans la Seine et décide de la suivre. Pour lui échapper elle entre dans une librairie et se sent obligée d'acheter. Elle tombe alors sur le livre d'un certain Robert Miller, auteur anglais. Un livre qui change sa vie puisque le personnage féminin lui ressemble, porte sa robe préférée, et l'histoire se termine dans son restaurant. Trop de hasards ! Elle veut percer ce mystère et rencontrer l'auteur.

     Les chapitres alternent entre Aurélie et André. André est l'éditeur de ce fameux Robert Miller. Aurélie le harcèle pour tenter d'accéder à Robert. Sauf que Robert Miller est un énorme mensonge. Nous voyons André s'enfoncer de plus en plus dans ce mensonge. Lui qui ne peut pas révéler la vérité sans tout perdre.

Et c'est fantastique ! Il s'agit avant tout d'une histoire d'amour, je ne vais pas vous le cacher. Ce n'est pas mignon, c'est bien plus, c'est charmant, lovely and sexy comme le dit l'un des personnages.

     Les personnages sont incroyables, entre cette femme qui s'attache à cet auteur qu'elle ne connaît pas, et pourtant, met tous ses espoirs en lui et s'acharne à la limite du harcèlement. Et cet André qui aime une femme mais doit se battre contre lui-même pour la séduire. Alors il monte des plans plus farfelus les uns que les autres. La machine est en marche, il faut continuer même si ses plans ne fonctionnent pas toujours et malgré les imprévus.

     Des rebondissements multiples bouleversent l'histoire et les personnages. Un peu comme une pièce de théâtre, c'est vivant, c'est charmant et complètement prenant. Nous voyons cet homme jouer des pieds et des mains pour cette femme. Fabuleux.

Les premières pages lancent l'histoire mais ne donnent pas le ton.

     Ce n'est pas loufoque, mais il y a ce côté un peu absurde, avec tous ces mensonges qu'il doit inventer et mettre en place. Sans lui nous ne pourrions pas apprécier Aurélie, mais sans elle il n'y aurait pas d'histoire. Une histoire qui se découvre au fil de la lecture.

     Le livre commence par un sourire et se termine par un sourire, celui du lecteur. Et je ne sais pas pourquoi, mais le fait que cette histoire soit racontée par un homme lui donne une autre dimension. Un raisonnement purement irrationnel et personnel.

Un livre rafraîchissant et beau. Le plus dur est sans doute de le poser. Les personnages restent, même une fois le livre refermé.

Marion

Publié dans Coups de coeur, Autres

Commenter cet article