Le vampire d'après Lord Byron de Polidori (1996)

Publié le par Marion L.

Le vampire d'après Lord Byron de Polidori (1996)

Envie de frissonner ? En novembre, retrouvez des chroniques de livres d'épouvante, de fantômes ou de monstres en tout genre.

     Un classique du genre né cette fameuse nuit de juillet 1816, alors que la pluie tombait et que des amis se lançaient un défi. Deux textes de cette nuit modifieront la littérature fantastique : le vampire de Lord Byron, racontée par son secrétaire Polidori et Frankenstein de Mary Shelley.

     Cette nouvelle dépeint les caractéristiques d'un nouveau genre de vampire : Lord Ruthven. Un vampire diurne aristocratique. Le doute est là. Il est pâle, ne semble pas ressentir de sentiments. Mais rien de l'apparente au vampire. Peut-être même se rapprocherait-il plus du diable. Il détruit les gens de bien pour donner aux malfrats, corrompt les jeunes femmes.

     Ce sont les observations de son ami, le jeune Aubrey, et le meurtre de jeunes femmes qui prouvent la condition de Lord Ruthven.

Ce vampire a, à sa manière, révolutionné le genre.

     Les vampires, quand ils sont nés au XVIIIe siècles étaient associés à l'ail, au pieu et au tombeau. Dracula s'inspire de cela et emprunte la noblesse de Lord Ruthven, le détrônant pour la postérité.

    Une question se pose, puisque ce texte vient d'une deuxième main, de ce que voulait réellement Lord Byron pour son vampire. Le texte de Polidori est-il fiable ou a-t-il changé le vampire de Byron ? Surtout que le vampire ressemblerait à lord Byron, homme que détestait Polidori. Une question légitime puisqu'il y a la question des morts et notamment du mariage. Comme les vampires sont maudits, forcés de tuer les proches, devait-il tuer uniquement des femmes aimées ?

     Jean-Claude Aguerre évoque cette question et l'intérêt pour Lord Ruthven de se marier à miss Aubrey avant de la tuer. Pour rendre fou Aubrey qui était lié par un serment ? Parce que amoureux de la sœur, il est obligé de la tuer ? Mais même là, pourquoi ne pas le faire plus tôt ?

     Pourquoi s'en prend-t-il uniquement à des femmes ?

Une nouvelle riche en sensation. Multiplié par la folie grandissante du personnage principal.

Marion (Image : Babelio)

Commenter cet article