Le garçon sans visage de Kochka (2012)

Publié le par Marion L.

Le garçon sans visage de Kochka (2012)

Tout peut partir d'un devoir de français...

      Marie est au collège. Le professeur de français et professeur principal leur donne un devoir : ils ont deux mois pour rédiger une histoire d'amour avec un grand H et un grand A. Marie, qui n'a jamais connu l'amour et qui ne côtoie pas le sexe opposé, décide de parcourir les rues de Paris en observant les passants pour trouver le personnage masculin de son histoire.

      Elle trouve alors un marin mais le perd. Il ne convient pas, elle le laisse à sa meilleure amie. Au fil de son enquête, elle croise un jeune homme qui s'enfuit en la voyant, ne laissant derrière lui qu'une rose. Marie vient de trouver son sujet.

      Elle veut aller plus loin et découvrir son identité, et ses raisons pour l'avoir fuie. Cela sera le début d'une belle amitié.

      Un début pas si enthousiasmant que cela. L'histoire est bien placée, on sait tout de suite ce qu'il en est ; la dissertation, le manque de connaissances du personnage sur le sujet, et surtout, son caractère : son attachement à sa grand-mère décédée, qu'elle voit et entend toujours, sa meilleur amie à qui elle raconte tout, son sérieux, sa solitude, son côté sédentaire...

     Puis la suite est mignonne comme tout dès qu'elle croise la route de Benoît, et ses tentatives de l'approcher en s'aidant de ce que dit le renard dans le petit prince. Car les références littéraires ou musicales sont bien présentes.

      Ce livre parle donc d'amitié plus que d'amour, de solitude et donc de ce que cela apporte d'avoir quelqu'un sur qui compter, quelqu'un qui nous accepte tel que nous sommes avec nos défauts, nos qualités et même notre aspect physique. Mais aussi la tolérance, le regard des autres, celui qu'ils portent sur nous-mêmes et celui que nous nous portons.

Une leçon d'humilité pour beaucoup.

Marion (Source image : médiathèque de Neuville)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article