Le cycle des démons 2 : la lance du désert de Peter V. Brett (2010)

Publié le par Marion L.

Le cycle des démons 2 : la lance du désert de Peter V. Brett (2010)

Coup de cœur du mois de septembre 17

     J'avais gardé un excellent souvenir du premier tome. Et je me suis plongée dans ce second tome avec optimisme et... délectation. Oui, je n'ai pas réussi à le poser plus d'une heure (sauf pour dormir ou aller travailler). D'ailleurs, je le remercie. S'il n'avait pas été aussi captivant, mon samedi aurait été bien morne.

     Dans ce volume nous commençons par nous intéresser à Jardir, le Krasien qui avait trahi notre cher héros. Nous plongeons dans son présent actuel, son passé profond et sa version de sa rencontre et sa vie avec Arlen, le Par'chin.

     J'avais peur de ne plus me souvenir du premier tome et des détails. Et... j'avais raison. Là se trouve aussi le talent de Peter V. Brett. Il rappelle en douceur les événements du premier. Assez pour que je me souvienne. Et pas trop pour que quelqu'un qui aurait l'envie de lire les deux à la suite ne soit pas envahi par des rappels du tome précédent alors qu'il l'a en mémoire.

Cela donne une autre dimension à ce personnage.

     Le doute est lancé. Qui est le vrai Libérateur ? Jardir ? Un homme complexe et très intéressant. Il y a en lui quelque chose de bon, digne d'un héros. la seule entrave qu'il a, c'est sa culture. C'est sa culture - si différente de la nôtre - qui pourrait nous le faire détester. Mais même dans sa culture il reste un homme bon qui peut toucher le lecteur. Arlen ? ou appelé Homme-Rune ? Notre héros du premier tome. On s'est attaché à lui, et ses intentions sont vraiment bonnes. Mais le coté obscur, son envie de ne pas être le Libérateur, son rejet des autres... ne poussent pas vraiment à l'empathie. Parfois même, il est agaçant.

     Alors que dans le premier les choses étaient claires : Arlen est le héros et le Libérateur, et Jardir est un personnage rencontré et un traître ; le second apporte un autre regard. Et s'il y avait deux Libérateurs ?

     Les personnages sont donc vraiment intéressants et l'intrigue est époustouflante. Il a un petit quelque chose qui nous captive et nous empêche de lâcher le livre. J'adore sa manière de raconter.

     Le livre fait environ 650 pages, et ça ne m'aurait pas gêné qu'il soit plus long. Malgré certains passages vraiment dérangeants (je pense à Harl et à ses filles). Sur le moment on dit "pourquoi" ? Pourquoi les insérer ? Mais ce n'est pas vraiment de la violence et de l'horreur facile, il y a quelque chose qui suit.

En bref, un gros gros gros gros... que dis-je ? Gros coup de cœur pour ce second volume également. Il me faut la suite !!

Marion (Source image : Babelio)

Commenter cet article