Dossier #2 : Les vampires

Publié le par Marion L.

Dossier #2 : Les vampires

Introduction : Le vampire est aujourd’hui une créature culte. Littérature, cinéma, série, goodies… il est partout. Il évolue avec son temps, change selon les envies et les besoins des auteurs. Contrairement au loup-garou qui a vu son image majoritairement utilisé par le cinéma, le vampire est la créature de la littérature. Bram Stocker, Sheridan Le Fanu, Anne Rice, Stephenie Meyer, LJ Smith, Richelle Mead et bien d’autres.

D'où vient-il et comment la littérature a-t-elle construit le mythe ?

Pour commencer, une petite rétrospective :

I - Rétrospective du vampire

Le vampire en tant que buveur de sang existait, sans porter ce terme qu'il a aujourd'hui. Le sang est l'énergie vitale qui coule en l'être humain et des créatures s'en abreuvaient. Un petit tour d'horizon très sélectif (pour avoir accès à un aperçu plus large, je suis tombée à la fin de mes recherches sur ce blog : http://culturevampires.canalblog.com/archives/2009/02/08/12487454.html)

a - L'antiquité :

Greco-romaine : Dans ces mythologie elles sont nombreuses. Les sorcières Circée et Médée préparaient des potions à base de sang. Hécate, pendant de Lilith chez les grecs est la cousine de Lamia, toutes se nourrissant de sang. Leur équivalent romain serait les stryges. Les références à des créatures qui s'abreuvent de ce liquide vermeille se retrouvent chez différents auteurs : d'après Euripide Achille veut qu'on l'honore du sang de femmes vierges ; Horace évoque des succubes qui dévorent les foetus.

Egyptienne : Les déesses Srun et Apop, à l'aspect de loup et aux longues canines.

Indienne : La déesse Kâli est connue pour son goût du sang.

b - La religion judéo-chrétienne  : 

Elle n'apparaît pas dans la Bible mais dans des textes annexes : Lilith, la première femme d'Adam. Ne voulant pas se soumettre à lui, elle est rejetée du paradis. Elle s'accouple alors avec des démons et sera la mère de nombreuses créatures. Ici, ce qui nous intéresse, est qu'elle se nourrit du sang des nourrissons dans leur berceau.

Ces monstres étaient principalement des femmes. Sans doute parce que nées dans une société phallocrate, dirigée par les hommes.

 c - Le Moyen-Âge :

Vampyr

Il faudra pourtant attendre le XIe-XIIe siècle pour que le "vampyr" apparaisse et se démarque des autres et obtienne, de ce fait, sa propre appellation. Les légendes païennes circulent avec les grandes invasions. A cette époque naît dans les îles Britanique une nouvelle créature : le cadaver sanguisugus (cadavre suceur de sang.) Ce sont des défunts excommuniés.

Puis la peste éclate du XIVe siècle. Les malades étaient enterrés avec tellement d'empressement que certains n'étaient pas morts. Quand on ouvrait leur tombe, on les découvrait frais et couvert de sang. Parce qu'ils sont morts quelques jours après l'enterrement et qu'assoiffés et affamés, ils se mordaient jusqu'au sang et abîmaient leurs mains à vouloir sortir de leur tombe.

Alors que l'Eglise a accepté les autres créatures et démons, elle rejette celui-ci. Le vampire remet trop en question ses fondamentaux :

                        - Le corps ne devient pas poussière après la mort (avant, les revenants n'avaient pas de corps physique.)

                       - Les saints : leur corps ne pourrit pas.

                       - L'âme n'est plus immortelle, comme le dit le philosophe La Mettrie. Le corps pourrit, mais pas celui du vampire. L'immortalité offerte par l'église est un leurre.

 

II - La construction du mythe par Bram Stocker

Beaucoup d'éléments qui caractérisent un vampire viennent de l'imagination de Bram Stocker. Pourtant, il n'est pas le premier à avoir écrit sur cette créature.

Bram Stoker

Avant Bram Stocker

a - Les inspirations historiques connues :

Vlad Tepes

Des célébrités entrent dans l'histoire comme étant des vampires : au XVe avec Vlad Tepes. Ou encore Erzsébet Bathory, une comtesse hongroise qui s'amusait à torturer des jeunes vierges et se baignait dans leur sang pour demeurait éternellement jeune.

Erzsébet Bathory

Le XVIIIe siècle deviendra l'âge d'or des vampires malgré l'évolution de la médecine et l'époque des lumières. C'est à ce moment que des témoignages de vampirisme avéré apparaissent.

b - Des cas réels de vampirisme :

Un vampire est un être mort, revenu à la vie pour hanter et se nourrir des siens. Il est monstrueux et vit dans les cimetières. Il est même touché par une malédiction : tuer ses proches. C'est en tout cas ce qui est arrivé pour les premiers cas de vampirismes : Plogojowitz ou encore Arnold Paul. Retrouvés frais dans leur tombe, couverts de sang. Il n'en fallait pas plus ! A ce moment le vampire était associé à la tombe et au cimetière, ce qui a inspiré Dracula.

c - Dans la littérature :

Polidori

Puis la mode des Dandy apparaît et influence les auteurs. Né alors Lord Ruthven de Polidori, inspiré des idées de Lord Byron. Il détrône les anciens vampires et devient la référence. Pour sa part, il apporte la noblesse à Dracula.

(Je vous invite à lire la chronique sur ce livre si vous voulez approfondir le sujet en cliquant ici)

Le vampire de Polidori n'est plus grotesque et sauvage. Il évolue au sein de la bonne société et trompe son monde. Tout comme Carmilla de Sheridan Le Fanu. Une jeune femme qui trompe ses hôtes sous ses aires d'innocence et de fragilité (pour la chronique, cliquez ici)

Après Bram Stocker

Le vampire a gagné en noblesse. Il n'est plus vraiment cette créature sordide qui vit dans un cercueil dans un cimetière, couché dans du sang. Il peut être parmi nous, nous côtoyer et attaquer qui il souhaite (et non plus ses proches.)

La magie de cet auteur aura été de transformer son vampire avec des éléments de croyance, pris ici ou là. Il a travaillé son livre, lu tout ce qu'il y avait à lire sur les vampires. S'est intéressé à Vlad Tepes, le fameux empaleur. Il s'est servi dans les traditions, les mythes de l'antiquité. En illustration, notre premier exemple.

L'ail : Il est bien connu, l'ail est un répulsif à vampire. Saviez-vous que cela venait de Bram Stocker ? Il est vrai, dans l'Antiquité égyptienne, que l'ail protégeait des morsures de serpent et des maladies de l'esprit. Ce condiment était donc tout trouvé pour repousser le vampire.

Le pouvoir de contrôler les animaux : Encore un coup de Bram Stocker. Dans la tradition des animaux aident à savoir si une tombe est occupée par un vampire. C'est le cas du coq, du jar, d'un cheval noir ou blanc et d'un taureau noir. S'ils s'arrêtent sur une tombe, un vampire y-gît. Si un chat ou un chien errant bondit sur un cercueil, son occupant devient un vampire. Il y a donc un lien entre les animaux et les vampires.

Le vampire doit demander la permission pour rentrer : Stocker encore ? Cet élément serait inspiré d'un type de revenants scandinaves. Il vient frapper à votre porte et si vous ouvrez, vous mourrez. Il fallait faire très attention à ne pas répondre quand quelqu'un vous appelait ou ne pas ouvrir. Puisque s'il s'agissait de revenants, vous mourriez.

Le vampire ne se reflète pas dans les miroirs : Cela serait inspiré de superstition. Comme tout à chacun le sait, le miroir révèle notre âme. Dans la croyance populaire, il peut emprisonner un esprit. De ce fait, il faut toujours retourner les miroirs et les surfaces réfléchissantes d'une maison lorsqu'une personne meurt. Sinon son esprit est capturé et il revient.

Sucer le cou : Bon d'accord, ça ne viendrait pas de Stocker, mais il me fallait le mettre. Buveur de sang, oui, mais pas forcément à la veine jugulaire. Le vampire n'était même pas obligé de vous mordre. Il lui suffisait de vous tourmenter pour vous tuer ou vous transformer en vampire. Carmilla se sert au niveau de la poitrine par exemple, pas dans le cou. Mais boire à cette veine est tellement plus animal, tellement plus spectaculaire que cela a plu au cinéma. Et l'image est restée.

 

III - Les héritiers d'Anne Rice à Stephenie Meyer...

Dracula a apporté une image plus "saine" du vampire, plus attirante, plus noble. Des auteurs ont été plus loin.

a - Anne Rice

Cette auteure anglaise a révolutionné l'image du vampire, que cela plaise ou non. Le vampire n'est plus cette chose froide qui évolue sans que l'on sache vraiment si elle ressent. Il lui arrive de vivre sa condition comme une punition. Alors même que la victime conçoit à devenir vampire. Dans les livres d'Anne Rice, il faut un échange de sang pour que la transformation s'opère.

Louis et Lestat ont marqué les esprits. Anne Rice ne se contente pas de changer ses vampires en des êtres torturés qui n'apprécient pas leur état et le vivent comme une malédiction. Elle leur apporte un semblant de sensualité, de sexualité et évoque même l'homosexualité.

Louis et Lestat avant la transformation du premier

Anne Rice s'interroge aussi sur certaines questions comme l'immortalité. Plus les vampires sont anciens, et plus ils ressemblent à des statuts. Ils vivent de moins en moins et de nombreux vampires se suicident face à l'éternité. C'est d'ailleurs l'immobilité de leur condition et de leur apparence qui les rend fous. Le cas le plus connu et celui de la petite Claudia. Vouée pour toujours à ressembler à une petite fille. Ce qui peut déranger, puisque son esprit ne correspond plus à son aspect et que la sensualité qu'il y a autour de ce personnage frôle la pédophilie. Mais je me souviens d'un autre personnage féminin, amie de Lestat, qui ne supportait pas les petits détails comme la repousse des cheveux. Le corps redevient ce qu'il était, impossible de changer.

 b- Stephenie Meyer

Oui, il faut la citer puisqu'elle a apporté encore quelque chose. Inspirée par ses prédécesseurs, elle constitue des camps parmi les vampires. Ce ne sont plus des monstres, il y a des méchants et des gentils. Anne Rice sous-entendait cette question, mais la malédiction était trop forte, les êtres trop torturés pour être des héros gentils. C'est le cas avec les personnages de Stephenie Meyer. Même si elle intègre Jasper qui n'arrive pas à se contrôler et peut exploser à tout instant. D'ailleurs, lui et Alice sont sans doute les personnages les plus intéressants, dommage qu'ils ne soient que secondaires.

Avec Stephenie Meyer le vampire devient créature attirante pour les adolescentes. Même Buffy, qui pourtant aime deux vampires au cours de la série, n'a pas réussi cet exploit. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils brillent au soleil, ils sont prêts à tout pour la personne qu'ils aiment et sont matures. Voilà le fantasme des adolescentes si nous caricaturons.

En effet, le vampire est encore mieux que la star du bahut. Il est surnaturel, il est attirant. Et à un âge où les jeunes femmes recherchent des hommes plus matures parce que "les garçons de mon âge sont trop bêtes", cet homme centenaire à l'allure d'adolescent est tout trouvé.

Les figures des vampires modernes

Peut-être malgré elle, elle a lancé une mode. Et voilà, l'affaire est conclue, le vampire change. Il entre dans les fantasmes. Il ne fait plus peur la nuit, il donne des envies d'amour et plus.

c - Les descendants

Ils sont si nombreux que je ne peux pas tous les citer ici. Je me contenterai de ceux que j'ai lu et donc, que je connais.

Auteure reconnue pour ses histoires : L.J.Smith. Ses livres étaient publiés depuis de nombreuses années avant d'être traduits en France. La magie ou malédiction Stephenie Meyer ! Le vampire est devenue une créature séduisante pour les lecteurs et donc pour les éditeurs, il en fallait à tout prix ! Les textes de Smith ont donc resurgis. Je ne sais pas ce qu'elle a apporté au mythe. Elle reprend les êtres torturés, les méchants, les gentils et retire l'intérêt du vampire. Stefan et Damon pourraient être autre chose, cela ne changerait pas grand chose à l'histoire. Je n'ose évoquer sa seconde série "Night World"... je n'en vois pas l'intérêt dans cet article.

Damon et Stefan

Richelle Mead. Je ne suis pas neutre, j'aime beaucoup ce que fait cette auteure. Elle a tenté autre chose avec ses vampires ou plutôt Strigoï, dans Vampire academy. Il en existe deux d'ailleurs : ceux qui se nourrissent de sang humain (les gentils) et ceux qui préfèrent le sang des autres vampires (les méchants.) Dans sa série de livres, nous sommes dans une école. Des êtres moitié humain, moitié vampire, en quelque sorte, protègent les aristocrates vampires. Cette fois, pas de transformation, nous naissons vampire.

Le film inspiré du livre

PC et Kristin Cast. Elles ont créée la série La maison de la nuit. Cette fois les vampires ne sont pas maudits mais élus. Ils sont humains et du jour au lendemain ils sont choisis par une déesse pour intégrer ses rangs et "la maison de la nuit", une sorte d'école. Ils peuvent ne pas survivre au changement. Ils aiment le sang, mais là n'est pas l'importance. Ils se nourrissent sur des sujets consentants qui tombent amoureux. L'aspect très sexuel de la morsure est repris ici.

Mais il y a aussi Melissa de la Cruz et sa série des vampires de Manhattan. Les vampires y sont des anges déchus si ma mémoire est bonne.

Ou encore Charlaine Harris et sa série la communauté du sud. Une série bien connue puisque adaptée en série TV sous le nom "True Blood". Un mélange entre Stephenie Meyer et Anne Rice, puisque les vampires y sont beaux et attirants, mais aussi terriblement dangereux.

La série TV inspirée des livres

Conclusion :

Le vampire est une créature qui a trouvé sa place dans les mythes populaires et ne compte pas la laisser à d'autres. La mode littéraire de la "Bit-lit" vient de Stephenie Meyer et de ses vampires. Elle s'est étendue à d'autres créatures comme le loup-garou ou encore le zombie. Mais le vampire reste le monstre de la littérature. Il a inspiré de nombreux auteurs et continuera encore à en inspirer d'autres. Pour le meilleur ou le pire de la littérature.

 

Bibliographie (cliquez sur les titres en bleu pour lire la chronique) :

Dracula de Bram Stocker

Vittorio le vampire d'Anne Rice

Entretien avec un vampire d'Anne Rice

Fascination, tentation, hésitation, révelation de Stephenie Meyer

La maison de la nuit tomes 1-4 de PC et Kristin Cast

La maison de la nuit tomes 5-8 de PC et Kristin Cast

Night World 1 de LJ Smith

Autres sources sur le vampire :

Les vampires de A à Z de Delphine Gaston (très intéressant. La principale source de cet article.)

https://fr.wikisource.org/wiki/Dictionnaire_infernal/6e_%C3%A9d.,_1863/Vampires

Publié dans Dossiers

Commenter cet article

M
Aaaah, la figure littéraire et médiatique du vampire. Mythique, immortelle ! On avait traité ce sujet à la fac de Dijon, en cours d'info-com. (Ça fait déjà 8 ans O_O ) On avait présenté ça de façon très sérieuse et documentée : on est venus déguisés :p Le reste, je me souviens plus trop, mais ton article est quand même bien élaboré ! Chapeau !
Répondre
M
Si j'avais su, je t'aurais posé des questions :D. Merci beaucoup. J'y ai passé quelques semaines à faire des recherches et à trouver le fil conducteur.<br /> J'aurais bien aimé vous voir déguisées en vampire ^^.