World war Z de Max Brooks (2009)

Publié le par Marion L.

World war Z de Max Brooks (2009)

Une troisième guerre mondiale, si longtemps prévue ? Presque. Une guerre des zombies. Une guerre qui a failli éradiquer l'espère humaine.

     L'auteur est en mission pour l'ONU. Il est chargé de récolter les témoignages de cette guerre. Pour un bilan ? Une mémoire collective ? Voici donc le témoignage oral de ces personnes qui ont vécu la guerre et qui ont survécu.

     Cette particularité peur dérouter. Il n'y a pas d'histoires dans le sens classique, avec un personnage principal, une intrigue, une chronologie, des faits. Ce sont des fragments d'histoire, qui, une fois réunis, font l'histoire chronologique. L'auteur est à la fois narrateur sans l'être (il ne raconte rien) et le personnage principal sans l'être. Comme un documentaire, il annonce où il se trouve, avec qui, et quelques réactions de la personne en face de lui.

     Les interviewés sont à la fois les personnages, le narrateur, et ceux qui écrivent l'histoire, puisque l'auteur se contenterait de reprendre leurs mots.

     Le tout rangé dans un ordre chronologique cohérent qui donne un sens à l'histoire.

     D'abord le village de Nouveau-Dachang en Chine, où le patient zéro, un enfant de douze ans, aurait fait son apparition. Le témoignage de ces gens qui ont vécu l'apparition et la propagation du virus. La survie au jour le jour ; comment les gouvernements ont réagi. Puis, le retournement de situation jusqu'à la tentative de reprendre le territoire aux zombies. Les témoignages se coupent, se complètent.

     L'auteur voyage dans le monde entier, Chine, Russie, Cuba... c'est le monde entier qui est touché. Et même si nous sommes beaucoup aux USA, nous voyons ce qui se passe ailleurs. Un format qui peut être déroutant, de sauter d'une histoire à l'autre. Et puis nous voyons les liens, le fil rouge, les histoires ne nous paraissent plus aussi coupées les unes des autres.

     Un livre vraiment original. De par sa forme (uniquement une succession de témoignages, pas de personnage principal auquel s'attacher et dans lequel se reconnaître...) et le déroulement. La guerre est finie et nous le savons dès le début. L'auteur a tenté d'imaginer comment le monde réagirait. Et les choses nous paraissent tellement aller d'elles mêmes. Le pire et le meilleur de l'homme ressort. Il n'y a pas de héros, il y en a plusieurs, qui ne pensent pas l'être, et qui ne le sont pas vraiment aux yeux des autres, comme cela serait.

     Il a tenté d'être au plus vrai de la réalité, comme s'il ne voulait pas romancer un livre. Le format doit jouer sur cette sensation.

     Un livre très intelligent. je ne regrette pas de l'avoir tenté, il est à lire. Mais ne vous attendez pas à une lecture loisir habituelle. Avec ce livre, il fait fort. Et je suis curieuse du film adapté. Comment l'ont-ils fait ?

Un livre déroutant et intelligent. Un réel plaisir, presque plus intellectuel que livresque.

Marion (Source image: Babelio)

Commenter cet article