Trilogie de l'empire. Tome 1 : fille de l'empire de Raymond E. Feist et Janny Wurts (2004)

Publié le par Marion L.

Trilogie de l'empire. Tome 1 : fille de l'empire de Raymond E. Feist et Janny Wurts (2004)

Un genre de Game of thrones asiatique. Une pépite.

     Mara est prête à entrer au couvent pour le reste de sa vie malgré sa position sociale élevée. Elle est la fille d'un grand seigneur, de la famille Acoma. L'une des cinq grandes familles de l'Empire. Mais son destin change à jamais lorsque deux soldats de sa famille viennent la chercher. Son père est mort. Ainsi que son frère, l'héritier. De ce massacre, Mara devient la seule descendante et souveraine des Acoma. Elle doit dire adieu à la vie qu'elle souhaitait dans le calme du couvent. Elle doit participer au jeu du Conseil alors que sa famille est au bord de l'oubli.

     Cette jeune femme devra tout faire pour survivre dans ce monde impitoyable et rétablir la puissance de son nom.

     Raymond E. Feist et Janny Wurts nous offrent ici un premier tome saisissant. Ils reprennent les coutumes coréennes, asiatiques, pour créer un univers de complots, d'honneur, de suicide rituel, de tenues magnifiques... Un samouraï dans un monde fictif. Le côté SF ne se voit que par les Cho-ja, des créatures semblables à des fourmis.

     Nous nous prêtons au jeu du Conseil. Nous ne pouvons qu'admirer Mara. Catapultée à des fonctions pour lesquelles elle n'a pas été préparée, elle surpasse ses ennemis. Et en ce temps de faiblesse, ils sont nombreux. La guerre fait rage contre les Minwanabi, les ennemis de sang des Acoma. Les responsables de la mort du père et du frère de Mara.

     Cette trilogie m'a été conseillée par une amie, passionnée du Japon, de ses coutumes et de sa culture, et féministe. Je comprends pourquoi elle adore cette histoire et la relit tous les ans.

     J'ai été captivée par ce personnage qui n'est que femme, mais parce qu'elle est femme, elle ne recule devant aucun sacrifice pour arriver à ses fins. Comme les autres, elle complote.

      J'attends donc la suite avec impatience.

     Ce livre saura vous occuper de longues heures, et avec plaisir. Ce n'est pas un coup de coeur, pourtant je ne l'ai pas lâché. Il se passe toujours quelque chose. Dans une écriture complète et très agréable.

     Que les auteurs utilisent l'univers médiéval asiatique (coréen ou japonais) apporte beaucoup. Un quelque chose qui n'aurait pu être là s'il s'était agi du monde médiéval occidental. Une douceur trompeuse. On n'insulte pas, on ne cogne pas, on reste courtois et tout en douceur. Mais uniquement en apparence. Comme un serpent magnifique caché derrière de douces fleurs odorantes. Mais qui n'attend qu'un pas pour sauter, mordre, et injecter son mortel poison. S'il faut une image pour ce livre, ce serait celle-là.

     En attente du second tome.

Une oeuvre riche et intelligente, à l'image de son héroïne. Une figure.

Marion (Source image : Babelio)

Commenter cet article