Demain, quand j'étais mort d'Eddard Mingwe (2016)

Publié le par Marion L.

Demain, quand j'étais mort d'Eddard Mingwe (2016)

Voilà une histoire pas commune.

     Tout commence dans village perdu, ravagé par des radiations. Les malformations sont nombreuses, les moeurs douteuses et l'intelligence... Un village d'anthropophages complètement délurés.

     Notre personnage principal a grandi dans ce lieu. Entre une mère qui accouche souvent et un père alcoolique. Il ne fait pas bon d'être touriste ou de se perdre dans le secteur. Puis un jour c'est la grande contamination. Une pandémie de zombies frappe le monde. Notre personnage, qui avait réussi à échapper à ce monde de dingue, est rattrapé dans une maison de retraite.

     En faire un résumé ne rend pas hommage. Ce livre, c'est beaucoup plus que ça et du grand n'importe quoi. L'auteur s'amuse. Il créé des situations et des réactions loufoques, des conversations irréelles, et des parallèles avec notre monde qui ne se cachent pas. Pol Narev, la chanteur raté, Drump qui espère bien être élu président, le philosophe Bernard-Henry et sa femme Arielle. On les reconnait tous.

     Un livre que certains pourraient qualifier de gore. Des fous cannibales dès le début et des zombies !  Avec les détails, s'il vous plait. De l'humour noir en perspective. Dérangeant ? Non.

      J'ai préféré le début. J'ai beaucoup ri (dans le train, ou comment passer pour une folle). Il y a une dynamique dans l'histoire que j'aime bien. Même son humour douteux passe. Il nous prend pour des cons ? Oui, et il ne s'en cache pas. Après tout, c'est lui l'auteur, il fait ce qu'il veut.

Il me rappelle l'humour et le ton des Barry Trotter de Michael Gerber aux éditions Bragelonne. Ce côté parodique, on vous dit n'importe quoi et on le sait.

J'avais eu de bons échos, je les partage. S'il faut le décrire en deux mots : original, et décalé.

Marion (Source image : Babelio. Retrouvez-le sur le site des éditions Librinova : ici)

Publié dans Humour

Commenter cet article