Le manoir 2 : Cléa et la porte des fantômes d'Evelyne Brisou-Pellen (2013)

Publié le par Marion L.

Le manoir 2 : Cléa et la porte des fantômes d'Evelyne Brisou-Pellen (2013)

L'aventure continue pour nos héros...

     Ils doivent résoudre les mystères de leur passé et contrer l'attaque de deux fantômes gris. Liam veut découvrir pourquoi son père a écrit "Liam Falestan" sur sa valise au lieu de "Liam Anderson". Aurait-il été adopté? En parallèle il continue son enquête pour découvrir l'assassin de Cléa et les motivations de son meurtre, ainsi qu'aider Emmerance à retrouver l'amour de sa vie.

     Bref, un emploi du temps chargé pour ce jeune fantôme, qui aide, en plus, à la sécurité du Manoir. Puisque, nous l'avons dit, deux fantômes gris (les méchants) sèment la panique. Ils se sont échappés et sont tous les deux dangereux : le premier parce qu'il a trouvé une âme (oui, les fantômes gris volent les âmes des blancs) et le second parce qu'il connait le manoir aussi bien que Raoul, le majordome. En prime, il veut se venger de lui.

     Toutes ces situations se mêlent et donnent un rythme à l'histoire avec ses accélérations et ses moments calmes. De plus, nous n'avons plus seulement le point de vue de Liam, Cléa s'y met. Surtout maintenant qu'elle a son existence propre dans l'histoire, qu'elle n'est plus dépendante de celle de Liam.

     Quand on passe du premier tome où seul Liam parle au second où l'on alterne les points de vue sans avertir le lecteur... je me suis perdue. Il m'a fallu un temps d'adaptation. Je savais que c'était Cléa, mais l'habitude me ramenait à Liam et l'histoire n'avait plus de sens. Au moins, ça eu le mérite de me faire réfléchir. Peut-être la fatigue... alterner trois points de vue (externe, Liam et Cléa) donne un rythme agréable.

     On ne s'ennuie pas, au contraire. Les personnages sont intéressants, attachants, même si beaucoup tombent dans l'oubli. Il y a quelque chose de plaisant dans ce livre.

     L'humour est là, bien sûr, même si nous n'éclatons pas de rire. L'auteure s'amuse avec des personnages réels que l'on peut s'amuser à reconnaître.

Pour résumer, une très bonne histoire qu'on peut lire dès fin primaire pour les gros lecteurs que l'épaisseur n'effraie pas.

Marion (Source image : Babelio)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article