Un chien pour toujours d'Eva Ibbotson (2012)

Publié le par Marion L.

Un chien pour toujours d'Eva Ibbotson (2012)

     Hal est un jeune garçon d'une dizaine d'années, fils d'un couple riche. Mais très seul. Son père est toujours en voyage, sa mère préfère faire les magasins ou voir ses amis (Les trois G)... la seule présence vivante dans la grande maison est la nourrice. Mais ce sont toujours des filles qui viennent d'ailleurs et qui ont le mal du pays. Elles changent donc régulièrement. A chaque anniversaire, ses parents ne choisissent même pas ses cadeaux. Ils passent commande dans de grands magasins de jouets qui sélectionnent des cadeaux pour Hal. Lui, il ne veut pas de tout ça. La seule chose qui l'intéresse, ce serait d'avoir un chien. Un petit être vivant dans cette maison, un ami, lui qui n'en a pas. Mais la maison est propre et un chien c'est sale et ça met des poils partout.

     Son anniversaire arrive et son père, en déplacement, l'oublie. Pour se faire pardonner il accepte de l'amener  à « un chien pour tous » dès le lendemain, chercher un chien. C’est le bonheur ultime pour le petit Hal qui trouve son compagnon « Flocon. »  Tout serait parfait si les adultes ne lui cachaient pas la vérité : cette agence ne vend pas de chiens, elle les loue. Flocon ne pourra rester que deux jours avant de retourner à l'agence.

     Cette information détruit Hal et Flocon (nous avons accès au ressenti de ces pauvres bêtes qui cherchent une famille mais ne sont louées que pour quelques heures ou jours.) Sa dépression n’est pas comprise par ses parents qui décident de l’envoyer en pension. Mais Hal a d’autres projets. Il s’enfuit et vole Flocon au passage, avec l’aide d’une petite fille qui le suivra... Ainsi que d’autres chiens, libérés de l’agence. L’aventure commence pour les deux enfants et les chiens.

     Dans un sens, même si les enfants sont les instigateurs de ce voyage, il devient avant tout un voyage initiatique pour les chiens. Ils n’ont aucun maître, pas de foyers. Flocon a trouvé le sien mais par les quatre autres chiens, Prâline, Otto, Li-Chee et Honey. Ce long voyage jusqu’au Nord sera peut-être l’occasion ;même s’il faudra choisir entre un foyer et les amis.

     Dans ce livre cela fonctionne presque comme la recherche de l’âme sœur. Il existe un humain qui est fait pour un chien en particulier, et ils le sentent quand ils se trouvent, comme Hal et Flocon. Une petite histoire toute mimi. Ce livre peut ravir les plus grands mais est parfait aussi pour ceux qui lisent depuis peu (les 8-9 ans par exemple à qui un gros livre ne fait pas peur.) C’est un peu « cul-cul la praline » quand on y pense (fait beaucoup penser à ces films  avec des chiens où des méchants profondément attardés les poursuivent), mais il charme et c’est plaisant (bon là les méchants ne sont pas complètement débiles, ils ont surtout différents visages.) Ce livre est super pour un petit après-midi tranquille. Mais attention parents, il pourrait donner envie à vos enfants d’avoir un chien.

     Dans ce livre est aussi abordé une triste vérité : la plupart des chiens de l’agence ont eu une famille. Une famille qui s’est lassé d’eux et les a abandonnés. Une famille qui a oublié qu’un chien ce n’est pas un jouet, mais un être vivant, avec des émotions, ce qui ressort dans ce livre. Les parents de Hal aimeraient, pensaient, qu’il se lasserait, mais lui a compris. Et le plus dur sera peut-être de le faire comprendre à ses parents.

     Laissez-vous séduire par Flocon, Prâline, Otto, Li-Chee et Honey, les cinq chiens du refuge.

Marion (Source image : Electre)

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article