Le linguiste était presque parfait de David Carkeet (2012)

Publié le par Marion L.

Le linguiste était presque parfait de David Carkeet (2012)

     Je retrouve Jeremy Cook avec plaisir. L'histoire se déroule avant "une putain de catastrophe", alors qu'il travaille encore pour l'institut Wabash. Jeremy Cook est linguiste. Il travaille dans un Institut qui observe le langage et son développement auprès des bébés jusqu'à 4-5 ans. Jeremy est fasciné par ce qu'il appelle les idiophénomènes. Mais un soir, l'un de ses collègues est retrouvé mort dans le bureau de Jeremy. Rien ne va plus. Un journaliste met son nez dans leurs affaires, tout indique Cook comme le meurtrier. Paula, la belle nouvelle le traite de "Trou-du-cul" sans qu'il sache de qui elle le tient, son patron lui donne une conférence à faire dont l'intitulé change régulièrement, un inspecteur étrange enquête. Jeremy s'improvise détective, il veut connaître l'assassin. 

     Et comme dit la quatrième de couverture : "David Carkeet crée un monde d'extravagances et d'antipathies, où se croisent un flic érudit dont la suffisance intellectuelle n'a d'égale que son aversion pour le crime, un directeur des politiques dont les règles frisent la démence, et des chercheurs à l'esprit alambiqué."

     Voilà, le ton est posé. L'affaire est grave, il y a eu meurtre, mais l'humour, "la double négation" et "l'énoncé performatif" dirigent la barque. Nous sommes à la limite du burlesque. Cook est actif et pourtant si victime des événements. Le tout entrecoupé d'énoncés linguistiques, et de langage de bébés.

     J'avais beaucoup aimé "une putain de catastrophe". On y retrouve ici l'aspect burlesque, le "n'importe quoi" qui fait le charme de l'histoire, sans reconnaître le Jeremy du précédent ouvrage. Peut-être que les différents chefs de Jeremy sont ceux qui donnent le ton au livre.

     L'enquête apporte une petite part de suspens agréable. Et les personnages sont très différents les uns des autres, certains ont vocation à être antipathiques et d'autres attachants. Jeremy lui-même, qui pensait être détesté et être "un trou-du-cul", n'est-il pas aimé des autres? Du mal à le croire quand une assistante vous hurle dessus devant tout le monde. 

     En bref, il est très difficile de décrire ce livre car les choses vont un peu dans tous le sens. Mais c'est un excellent moment à passer, réellement.

     Voici un auteur à suivre.

Marion (Source image : electre)

Publié dans Humour

Commenter cet article