Roman d'horreur d'Arthur Ténor (2013)

Publié le par Marion L.

Roman d'horreur : ils n’auraient jamais dû retourner dans cette maison. Lu et article écrit en 2013

 

     Valentin et ses amis aiment les films d’horreur et les sensations fortes. Après une séance « the horror zombie show », les trois amis – Zoéline, Cédric et Valentin – veulent vivre une réelle expérience d’épouvante. Par chance, il existe une maison hantée dans laquelle un père de famille aurait massacré sa femme et ses trois enfants avant de se pendre. Il est dit que leurs spectres continuent à hanter les lieux. Un soir, ils décident de tester la légende. Mais il s’avère que les choses sont plus compliquées que prévu. Les spectres ont besoin de l’aide de Valentin pour les débarrasser du « monstre » qui les effraie.

     Ce livre s’adresse aux 13-18 ans mais les plus jeunes peuvent y avoir accès. Il se veut roman d’horreur (comme son nom l’indique) mais n’est pas si effrayant que cela, même s’il reprend les astuces du film d’horreur. Au début l’histoire est tournée vers les fantômes et leur probable dangerosité. Mais ensuite ce ne sont plus eux les ennemis, ce  qui les rend beaucoup moins effrayants.

    Très vite, le livre « d’épouvante » se transforme en roman policier, puisque Valentin, le personnage principal, doit trouver comment briser la malédiction de cette famille, et le fameux « monstre » qui les effraie autant. On jongle donc entre les deux car la thématique du surnaturel demeure malgré tout.

     Un livre qui peut plaire au public adolescent, beaucoup moins à un public plus adulte ou adepte de l’horreur, à cause de quelques défauts. L’intrigue est bien menée mais les policiers qui ne remarquent pas l’absence de tabouret sous le pendu est un peu ridicule… A mon avis (lire pour comprendre.) Et il y a une chose que je n’ai pas comprise : il voit les photos du père et apprend ce qui s’est passé, puis prend peur… et là, plus d’explications… Quelques failles donc, mais un résultat convenable, qui ne provoque pas les poussées d’adrénaline auxquelles nous nous attendions. Peut-être qu’un public moins habitué aux films d’horreur pourrait ressentir le grand frisson. Ce qui n’est pas mon cas. D’où une légère déception.

     Avis aux amateurs ou pas. A ceux qui ne connaissent pas, ou n’aiment pas particulièrement ce qui fait peur, cela peut être l’occasion de découvrir cette histoire et de donner votre avis.

Marion (Source image : Electre)

Commenter cet article