Retour à rédemption de Patrick Graham (2010)

Publié le par Marion L.

Quand le passé vous rattrape... Lu et article écrit en 2012

     Il y a 20 ans, six enfants se sont fait une promesse ; qui bien entendu ne sera révélé qu’à la fin. C’est un pacte. 20 après, un seul ne l’a pas oublié, Ezechiel Brody ou Ezzie. Il rappelle ce pacte à Peter Shépard d’une manière horrible (de longs frissons dans le dos pour ce passage.) Peter n’aura de cesse de venger les siens. Sauf que le passé le rattrape. Les fantômes de Marcellus, Collie, Howard, Wendy, Ezzie et Peter hantent encore les cellules de rédemption dans le Mississippi à Hasting. Un endroit d’horreur. Un centre de redressement pour jeunes dirigé par un révérend fanatique. LA seule façon pour s’en sortir : tuer tout le monde ou coopérer.

     Si ce lieu existait réellement il serait l’endroit le plus hanté du monde, ou presque.

     Un style bien à lui avec ses retours dans le temps. Ce qui ramène le passé à la même époque que le présent : tant que des gens seront là pour se rappeler, le passé hantera le présent. Cela permet l’intégration d’un certain suspens car nous suivons à la fois leurs aventures à Rédemption, et leur chasse dans le présent. Bien entendu, des énigmes à chaque fois.

     Un début difficile. Dès les treize premières pages il se passe quelque chose. Et la manière de le raconter de l’auteur accentue l’horreur de la chose. Je dois dire qu’il est assez doué. Il n’a pas besoin de s’éterniser en description pour nous faire imaginer la chose. Il ne fait pas dans le soft même s’il n’y a pas non plus de massacres très sanglants (peut-être vers la fin tout de même).

     Le sexe, la manipulation par le sexe, l’attachement par le sexe, ou l’oublie par le sexe : bref le sexe est très présent.

     Rédemption ressemble à une secte et le révérend Esterman en est le gourou. La peur, la soumission, les peines lorsque les prisonniers sont d’un avis différent… Le sexe est prohibé, sauf pour le gourou et ses fidèles. Serait-ce une dénonciation de la part de l’auteur ?

     On s’attache plus aux enfants d’il y a vingt ans qu’aux adultes qu’ils sont devenus. Cette histoire n’en a épargné aucun. Chacun l’a affronté à sa manière. Certains ont pu avancer, d’autres non.

     J’ai beaucoup aimé, comme ses autres livres. Il a un style bien à lui qui me plait toujours autant. J’aime beaucoup cet auteur.

     Cette fois le livre n’est pas à la frontière entre le fantastique et le thriller. Il est classé comme thriller mais je dirais que c’est autre chose, un livre sur le comportement humain : nos forces ou nos faiblesses face à un événement difficile ; tout ce qu’on est capable de faire. Pratiquement tous les cas de figure sont présents : celui ou celle prêt à se prostituer (à accepter les avances sexuelles en tout cas), d’autres à se rebeller et à ne rien lâcher, d’autres encore qui font profil bas, d’autres qui tentent d’être courageux mais n’y arrivent pas ; d’autres qui obéissent au doigt et à l’œil… c’est une fourmilière d’exemple.

      Nous voyons ensuite l’impact que cela prend sur les survivants devenus adultes. Encore des comportements. Mais là ils se ressemblent un peu. Rédemption ne les a pas détruits physiquement, c’est surtout leur âme qui en a pris un coup.

     Encore un livre réussi pour Patrick Graham (bon ok, c’est l’un de mes chouchous, je ne suis pas objective.)

Marion (Source image : Electre)

Commenter cet article