Comment (bien) gérer sa love story d'Anne Percin (2011)

Publié le par Marion L.

Comment (bien) gérer sa love story d'Anne Percin (2011)

Suite du coup de coeur du mois d'Août. Après avoir raté ses vacances, Maxime essaie de gérer son histoire d'amour. Mais comment y arriver quand on s'appelle Maxime et qu'on attire les ennuis comme la peste?

     Résumé Electre : "Après un été mouvementé et cocasse chez sa mamie au Kremlin-Bicêtre, le voilà de retour au lycée, avec le bac à l’horizon. Mais cette année de Terminale s’ouvre plutôt « ère nouvelle » : il a maintenant une vraie copine, Natacha, alias Pikachu, rencontrée sur internet, ses parents lui ont offert un Smartphone, peut-être pour faire oublier leur « disparition » pendant l’été, et il a récupéré la vieille guitare Fender de son père qui traînait dans la cave de la mamie. Maxime a donc tout en main pour passer une année géniale d’amoureux et de musicien forcené. Sauf que, bien sûr, Anne Percin va tout faire pour mettre des bâtons dans les roues de son cher Maxime."

     Le premier était vraiment excellent. Celui-ci, peut-être un peu moins. Dans le premier, les notes en bas de page qui s’adressent à nous, lecteurs, sont sympathiques ; ici, un peu nombreuses, elles sont lourdes. Ou alors il me faudra un peu de temps pour apprécier ce côté humour décalé qui abuse de l’ironie. Ironie qui caractérise le personnage principal/narrateur.

     Effectivement, puisqu’ensuite, on apprécie de nouveau. Maxime est toujours le même, sauf qu’il a une copine, ce qui n’est pas toujours évident à gérer… surtout que la malchance continue à le poursuivre. Vraiment, ce garçon est un peu maladroit, pas très social, pas du tout conformiste, mais c'est ce qui en fait tout le charme. Il se met parfois dans des situations incroyables dont lui seul a le secret, et c’est ce qui nous fait rire.

     La vie d’un adolescent en terminal qui va sur ses dix-huit ans et qui se distingue des autres, notamment par son humour. Un livre qui s’apprécie et se lit en deux heures. Je l’ai moins aimé que le premier, mais celui-ci a tout de même son charme. Pauvre Maxime. En attente du tome 3. Comme le dit le titre il y a de l’amour, mais aussi des relations parents/enfants, son groupe de potes, et par-dessus tout, sa musique.

Marion (Source image : Electre)

Pour découvrir l'article du tome 1, cliquez ici

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article