La carte du temps de Félix J. Palma (2013)

Publié le par Marion L.

La carte du temps de Félix J. Palma (2013)

Les mystères du temps... Un livre complexe, au préalable de science-fiction, puis fantastique, puis de nouveau science-fiction... Très agréable quand on s'y accroche.

     Très dur de décrire ce livre, surtout avec l’idée de fin. Qu’est-ce qui est réel ? H.G. Wells peut être considéré comme le personnage principal ou du moins tout revient à lui.

     Au début de l’histoire un jeune homme veut se suicider puisqu’il n’arrive pas à se remettre de la mort de la femme qu’il aime, Mary Kelly, tuée par Jack l’Eventreur, huit ans auparavant. A ce moment l’auteur s’adresse à nous, et nous explique ses raisons pour commencer ce récit de la sorte qui n’est pas vraiment le début.

     Nous avons droit à des récits enchâssés. Suite à ce premier événement, nous apprenons comment il l’a rencontrée, leur histoire, sa mort… Pour l’empêcher de se suicider, son cousin lui parle de la grande découverte de M. Murray : le voyage dans le temps. Pour une somme folle il est possible de voyager dans le temps, le 20/05/2000 plus précisément. A l’heure où le livre de H.G Wells, le voyageur dans le temps, fait fureur, l’entreprise Murray devient prolifique. Il propose aux gens de 1896 d’assister à un combat qui décidera du sort de l’humanité en 2000. Les automates ont pris le pouvoir et une poignée d’humains continue à se battre jusqu’au combat final. Mais il ne peut pas revenir huit ans en arrière. C’est là que Wells et sa machine à remonter le temps arrivent et lui offre une solution.

     Et si tout ça était faux ? Quelle histoire est-elle vraie ? Peut-on vraiment voyager dans le temps ?

    Au début il faut s’accrocher. L’histoire d’Harrington qui pleure la mort de Kelly et les interventions de l’auteur peuvent dérouter, ou ennuyer (ou mon esprit était trop concentré sur autre chose comme un concours important). Mais par la suite, dès que Wells entre dans la balance, on dévore le livre et on a beaucoup de mal à en sortir. J’hésite beaucoup à le mettre en coup de cœur, car l’idée et la manière de la traiter est sublime, j’aime beaucoup l’imagination de cet auteur. Je suis séduite par cette histoire complexe. Elle traite à la fois de l’imagination, des rêves des gens (on peut s’en servir pour leur faire croire n’importe quoi), et la complexité des voyages dans le temps et de ce que cela implique.

     Très intelligent et captivant. Et ce jusqu’au bout, car les dernières réflexions de Wells sont comme une chute, une ouverture, un… « il s’est passé tout ça, on a fait des suppositions… et si en fait c’était ça ? », j’adore ! Un début compliqué mais une suite qui le rattrape, donc va pour le coup de cœur. Déjà deux pour le mois de mai, alors je ne le rajoute pas, mais coup de cœur tout de même.

Marion (Source image : Electre)

Commenter cet article