Trône de fer, intégrale tome 3 de G.R.R. Martin (2013)

Publié le par Marion L.

Trône de fer, intégrale tome 3 de G.R.R. Martin (2013)

Lu et article écrit en 2014 (premier livre de l'année ^^) Réunit : "les brigands", "l'épée de feu", "les noces pourpres" et "la loi du régicide"

     Une chose à dire : des morts, toujours des morts, personne n’est épargné, comme dans les tomes précédents , et d’autres en attente, il faut lire la suite pour connaitre leur sort.

     Que de rebondissements en tout cas. Celui qui m’a le plus étonnée dans ce livre c’est Petyr Baelish, alias littlefinger. Un contexte personnel a fait que je n’ai pas su apprécier ce tome comme les autres. Mais les enchaînements de la fin m’ont captivée et dès que j’aurais lu tous les livres que je me suis promis de lire, je me précipite sur le tome 4 (pas de précipitation, le cinq à ce moment n’était pas encore prévu.)

     Cette fois, un peu moins de Daenerys (qui doit prendre une décision difficile envers son « ours », Mormont) et plus de Jon avec le Mur.

     C’est toujours aussi captivant, bien écrit (ou bien traduit, ou les deux), les événements s’enchaînent (certains attendus, d’autres qui surprennent), et nous entrainent avec eux. Une suite qu’on attend, tout aussi grandiose, bravo à son imagination en tout cas, il en faut.

     Mais il faut s’habituer à tous ces noms, ne pas se perdre et se souvenir de qui est qui et qui a fait quoi.

     Arrivé à la fin on ne sait plus comment commençait le livre, alors je ne peux offrir de résumé. Surtout que ce dont je me souviens doit être découvert en heure et en temps, notamment certaines morts.

     Jaime a droit à son tour à ses propres chapitres. Est-ce que cela le rend plus sympathique comme je me le demandais dans les précédents articles ? Au début non, pas vraiment. Et puis une perte le change. Il gagne un semblant d’ami même si entre eux ce n’était pas gagné d’avance, mais perd beaucoup et cela le change, en bien dans un sens.

     Encore des combats, des mariages, des complots, des trahisons… et pour ceux qui apprécient comme moi le limier, rassurez-vous, après plus de 500 pages nous le revoyons enfin (un peu avant la moitié de ce livre.) Il était temps en tout cas, à mon humble avis.

     Sinon c’est très dur d’analyser un livre d’une telle envergure sans prendre de notes au fur et à mesure de la lecture. Une fois à la fin, on se souvient de la fin, que je ne révèlerai pas.

     Bref, toujours aussi bien. C’est dur de s’attacher à des personnages à cause du grand nombre de morts (les gentils, les héros, les terribles, tout le monde y passe.) Le jeu des trônes continue !

Marion (Source image : electre)

Pour découvrir l'article du tome 2, cliquez ici

Commenter cet article