L'adjacent de Christopher Priest (2015)

Publié le par Marion L.

L'adjacent de Christopher Priest (2015)

Un livre ambitieux qui vous fera réfléchir

     L’histoire : Tibor Tarent, photographe, revient en Grande-Bretagne. Il a passé quelques années en Anatolie avec sa femme, Mélanie, infirmière. Un jour, après une dispute, elle sort du camp malgré le danger et disparait. Le monde est en guerre et des rebelles sévissent dans cette partie du monde. Elle ne laisse derrière elle qu’une terre brûlée dans un triangle parfait. Tibor doit témoigner.

     Le monde futuriste imaginé par Priest est soumis à de terribles catastrophes naturelles et à des guerres ethniques. L’Angleterre est devenue la République Islamique de Grande-Bretagne et de nombreuses zones – pour des raisons climatiques – ne sont plus habitables.

     De plus, la mort de Mélanie est suspecte. Ce phénomène a sévi à Londres et a annihilé tout un quartier. Les autorités pensent à une nouvelle arme.

    Tibor est traîné d’endroit à endroit jusqu’à ce que l’accident, l’effet d’adjacence, se passe sous ses yeux et annihile son amante d’une nuit et ses compagnons de voyage. A ce moment les choses deviennent étranges.

    Nous avons des retours dans le temps, entre ce monde futuriste et la seconde guerre mondiale. Mais le phénomène est plus compliqué, il semble créer des réalités alternatives ou entraîner les victimes dans une sorte d’autre monde avec Prachous.

     J’ai fait la grave erreur de le commencer et d’en arrêter la lecture pendant deux semaines pour raison de voyage et… ça ne m’a pas du tout aidée à comprendre.

    Nous suivons différents personnages qui vivent à leur manière cette adjacence. Entre ceux qui changent de monde, ceux qui changent de réalité… et deux même événements ne se passent pas de la même manière, comme dans ce théâtre à Prachous.

     La fin semble être la fin de cette boucle, où tout est désormais bouclé. On pourrait presque revenir au début et tout recommencer.

    Un roman qui se veut ambitieux avec cette histoire d’adjacence. Et qui – même s’il peut perdre ses lecteurs avec toutes ces réalités qui se croisent – est agréable à lire. Etrange, certes, mais agréable. Pendant la durée de la lecture, nous sommes nous aussi entraînés, comme par un effet d’adjacence, dans ce monde, celui de l’imaginaire.

    A tenter. Et si vous avez une théorie sur ce qui se passe et explique tout, n’hésitez pas, je suis preneuse. Bonne découverte.

Marion (Source image : electre)

Commenter cet article