Trône de fer, intégrale tome 1 de G. R. R. Martin (2008)

Publié le par Marion L.

Trône de fer, intégrale tome 1 de G. R. R. Martin (2008)

Le livre qui a inspiré la série événement. L'intégrale qui réunit : "le trône de fer" et "le donjon rouge".

     L'histoire de base est simple : le roi dragon, de la famille Targaryen, a été déchu du trône de fer, le trône des sept couronnes, il y a de cela quelques années. Robert Barathéon, que l'on nomme l'usurpateur, a pris sa place. Alors que la famile Stark mène une vie paisible dans le Nord à Winterfell, Robert vient demander à Eddard, le père de famille, de devenir sa Main (son bras droit, comme un premier ministre) après la mort suspecte de la dernière. Ned n'a pas le choix, il doit quitter les siens pour le Sud et faire des problèmes du royaume les siens. Surtout que les Lannister, riche famille dont la fille est la femme du roi et le jumeau Régicide, ne lui facilitent pas la tache dans leur soif de pouvoir. Trahison, manigance, perfidie... tout se mélange dans cette histoire, dans un cadre médiéval.

     Sauf que les enfants du roi dragon ont survécu au-delà des eaux. Le fils compte bien récupérer son trône. Pour se faire, il n'hésite pas à vendre sa soeur à ce qu'il estime être un "barbare", qui pourrait lui donner une armée. On suit donc ce qui se passe dans le royaume des sept couronnes, de l'autre côté des eaux avec Daenerys, mais également auprès du Mur, tout au Nord. Ce Mur qui protège les hommes de la menace qui se trouve de l'autre coté.

     Bref, on ne s'ennuie jamais car il se passe toujours quelque chose quelque part. L'auteur est scénariste et cela se ressent car il y a de nombreuses scènes très visuelles. Je vous laisse le soin de le découvrir par vous-mêmes.

     Cette lecture vient de l'envie de découvrir le livre après le succès fou de la série (qu’à ce moment je n’avais pas encore vue.) Il n’y aura pas de comparaison (surtout que je préfère de loin les livres…) Je n’étais plus vraiment attirée par les histoires de heroïc-fantasy après ma grosse période où je ne lisais que ça. Mais allons-y, tentons, soyons fous !

     Il faut passer le cap du début, car nous entrons de suite dans le vif du sujet, sans une mise en place préalable, ni un décor et une histoire vraiment posée. Mais une fois qu’on est dedans… on est dedans. On apprend plutôt vite à reconnaitre les personnages car chaque chapitre est consacré à l’un d’entre eux. Cette manière de faire est très appréciable. Nous sommes happés par l’univers, l’histoire, les personnages, tout. Fascinant, entrainant… j’aimerai juste dire que c’est très bien écrit, et qu’il n’y a pas de mots pour décrire, juste « génial ».

     Un sublime livre. On s’attache à tous les personnages auxquels sont dédiés les chapitres, mais on se prend au jeu de choisir notre préféré. Le mien est tout trouvé. Un livre est bien écrit lorsqu’il vous transporte, vous fait ressentir les choses, comme si vous le viviez. Et c’est le cas ici. A tel point qu’à peine le livre deux entamé, je l’ai fermé car mon personnage préféré est encore trahi. J’admire son calme face à tout ce qu’on lui fait subir, et surtout face à ce roi, ancien ami, qui n’écoute pas. C’est un homme puissant, certes, mais une bonne paire de gifles ne pourrait pas lui faire de mal. Bref, j’ai hâte de savoir à quelle sauce il va être mangé, et redoute ce que l’auteur pourrait décider de lui faire (à juste titre.)

     C’est d'époque, les intrigues se mêlent et s’entremêlent, comme une danse dont l’air nous entraine toujours plus loin. Je comprends mieux l’engouement qui a eu autour de ce livre. J’avais peur - ne connaissant pas du tout l’histoire - de tomber sur ces trop nombreux livres d’heroïc fantasy, avec la même trame : une quête, un groupe formé par une sorte de destinée qui part la résoudre. Tolkien savait y faire mais… pas un genre qui m’attire si personne ne se démarque des autres. Et bien j’en étais loin, car ce n’est pas du tout cela. Il y a des intrigues, des alliances, des coups bas, des trahisons, des guerres, des tentatives d’assassinat, une cour qu’il faut séduire… tout ce qu’on pourrait trouver dans des romans plus historiques : des chevaliers, des rois… Peu de magie, et lorsqu’elle est là, elle nous pousse aux questionnements : qui sont ces hommes morts aux yeux bleus qui hantent la forêt derrière le mur ? Alors que les querelles intestines du sud font rage, la menace du Mur pèse, même si personne ne veut la voir. Elle est là, en arrière-plan. Et c’est juste très bien construit.

      Un livre très visuel qui doit bien donner à l’écran (malheureusement non…). Les descriptions sont présentes, nous laissent voir les lieux et les multiples protagonistes, mais elles n’alourdissent pas le texte. Très bien écrit aussi par ailleurs. Une belle surprise que ce roman. J’aime être surprise de la sorte.

     Un livre très riche, très fourni, épais, mais aucun temps mort. Chaque scène a son importance. Aucune ne semble être mise là pour combler les trous, étoffer le livre. Et ça aussi c'est plaisant. C'est là qu'on reconnait les bons auteurs, de quoi inspirer les écrivains en herbe. On me demandait ce qui pour moi faisait un bon livre, et j'ai répondu : "un bon livre, c'est un livre qui - comme d'autres le disaient- vous tient en haleine, avec du suspens, et qui vous touche." Mais j'aimerai rajouter qu'à mes yeux un bon livre c'est celui qui te fait sourire quand tu assistes à une scène touchante, qui te fait venir les larmes aux yeux quand c'est triste, te fait rire aux éclats lorsque c'est drôle, te fait enrager lorsqu'on ose toucher à ton personnage préféré, qui te fait pousser des acclamations de toutes sortes, qui fait battre ton coeur à toute allulre, de peur ou d'excitation. ça c'est un excellent livre, quelque soit son sujet, ou ce qu'il contient. Et rares sont les auteurs qui arrivent à te faire entrer dans leur univers et te faire ressentir la même chose que ses personnages, comme s'ils étaient réels.

     Et pour ce livre, oui, j'ai grogné, je me suis indignée. Pas d'éclats de rire (car il n'est pas très drôle), pas de larmes, mais tout le reste, avec impossibilité de le reposer. Très envie de lire la suite et de retrouver cet univers. Pas d'analyse littéraire, mon cerveau ne peut dire qu'une seule chose "wouah."

     Je le recommande en précisant toutefois que l'écriture est recherchée, avec des mots loin de la vie de tous les jours, ce qui peut rebuter. Mais l'effort (s'il existe) en vaut la chandelle.

     On se met du côté des "héros" des chapitres, pour la plupart de la famille Stark. Comme on voit l'histoire à travers leurs yeux, on se prend à ne pas apprécier les Lannister, ce sont les méchants de ce point de vue. Mais je me demandais, si on voyait aussi les choses à travers leurs yeux, si on apprenait à les connaitre comme on le fait avec les autres, arriverait-on à leur trouver un certain charme comme c'est le cas avec Tyrion... à méditer.

Marion (Source image : electre)

Commenter cet article