Percy Jackson 5 : le dernier olympien de Rick Riordan (2010).

Publié le par Marion L.

Percy Jackson 5 : le dernier olympien de Rick Riordan (2010).

[Lu et article écrit en 2014]

     Le livre commence fort avec, dès le début, une perte. Nous nous doutons que beaucoup vont périr pendant cette grande guerre, et pas forcément les méchants. Enfin nous connaissons la prophétie mais, comme les autres fois, nous n’aurons sa signification qu’au cours de l’histoire.

     « Je me suis retourné pour faire face à son armée. On n’était plus qu’à 199 contre un, en gros, à présent. J’ai fait ce qui s’imposait naturellement. J’ai attaqué. » C’est vrai qu’on fait tous ça (envie de partager ce moment.)

     La série s’achève dans un grand combat, je ne surprends personne en le disant, il faut bien un combat final, de nouvelles révélations, des morts, des actes héroïques, et une fin heureuse à la « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »… mouais, attention, on parle ici des habitudes de la Grèce, de ses tragédies (catharsis, très présente dans cette série d’ailleurs.) Nous voyons de nombreuses personnes punies sans raison ou trop durement, et même les dieux apprennent de leur erreur. Et New-York en prend encore plein la figure. Avec les films ou les livres, cette ville a une espérance de vie très limitée, même si elle survit toujours.

     Une bonne série, on s’attache aux personnages, on découvre ou on redécouvre la mythologie grecque avec plaisir, dans un style adapté aux plus jeunes (nous sommes dans la tête de Percy après tout et il n’a que douze ans quand l’histoire commence), une pincée d’humour parfois burlesque mais qui apporte du charme à l’ensemble, et bien entendu sa part d’action.

     Les monstres sont tels que dans la mythologie, aucun ajout (ou minime.)

    

     En bref, une bonne série, bien adaptée à tous les âges, une idée originale (puisque même si cela se passe à notre époque et dans notre monde on retrouve l’univers antique avec leur tenue, les combats, l’Olympe, les monstres, leur croyance… ils sont seulement adaptés sans être dénaturés. Comme les dieux qui font toujours les mêmes erreurs, n’ont pas la maturité qu’on pourrait attendre d’un dieu, même si certains ne sont pas tels qu’on s’y attendait (notamment Apollon pour ma part, ou la manière de parler de Pégase pour citer un autre exemple.) C’est frais et léger.

     Les paris sont ouverts ! Est-ce que Percy et Annabeth vont enfin sortir ensemble ? Est-il possible d’être ami sans passer par la phase d’amour ? Il faut lire pour le découvrir.

Marion L. (source image : electre.)

Pour découvrir l'article du tome 1, cliquez ici

Pour découvrir l'article du tome 2, cliquez ici

Pour découvrir l'article du tome 3, cliquez ici

Pour découvrir l'article du tome 4, cliquez ici

Publié dans Jeunesse - Adolescents

Commenter cet article