40 jours de nuit de Michelle Paver (2012)

Publié le par Marion L.

Lu et article écrit en 2014

Nous suivons Jack dans une expédition, direction le grand Nord.

Jack a dû abandonner ses études et pense avoir raté toute sa vie. C’est alors que quatre gentlemen anglais lui proposent de les accompagner pour une expédition météorologique. Ils ont besoin de ses compétences. Après quelques hésitations il surmonte le dédain qu’il lit dans leurs yeux et accepte. Le voyage n’est pas de tout repos, car seulement trois d’entre eux arrivent à Gruhuken, lieu choisi. Ils accostent malgré la tentative de mise en garde du capitaine.

Le froid, la nuit trop longue, la solitude… Voilà que Jack se retrouve seul. Ou pas si seul que ça finalement, car les lieux sont hantés et il doit vivre avec, affronter ses peurs et sa solitude pour que l’expédition ne soit pas un échec.

Au début on peut se demander où va l'auteure et ce qu’elle va faire, mais on entre ensuite dans une atmosphère oppressante et on comprend, pour ne pas dire qu'on ressent, la peur du personnage.

Cela fait de ce livre un livre d’épouvante et d’aventures (en quelque sorte). On le décrit comme un mélange entre Jack London (pour son côté trappeur, aventure dans les plaines enneigées..) et Stephen King (pour le côté horreur et atmosphère oppressante, de cette présence maléfique en fond. On sait qu’elle est dangereuse mais on ne peut rien contre elle.)

J’étais tentée par cette histoire qui change de ce qu’on peut voir la plupart du temps, par cet homme qui survit quarante jours seul, dans le noir, avec cette menace (fantôme ?) au-dessus de sa tête, et des bonnes critiques. Je viens en ajouter une de plus. Je reconnais ne pas avoir été emballée par le récit de leur périple jusqu’à la baie. Ensuite je n’étais pas vraiment dedans. Mais quand il se retrouve seul… alors là ! On est happé, on oublie l’heure, le monde autour de nous et on ne s’intéresse qu’à ce personnage et à ce qui lui arrive.

Très bien écrit (et traduit), car vraiment on imagine ce qu’il endure. Un livre vraiment excellent. On ne veut plus le lâcher, on veut savoir. Et les choses continuent jusqu’à la fin.

Les poils ne se redressent pas, pas particulièrement de mauvais frissons, pas de sursauts, mais le cœur palpitant, les doigts accrochés au livre, les yeux qui sautent d’un mot à un autre avec une réelle rapidité. Nous sommes captivés.

Dur de faire ressentir autant d’effroi à travers un livre, bien plus qu’au cinéma où on peut jouer sur la musique par exemple, ou sur ce que l’œil ne voit pas, sur la surprise. Et pourtant l’effet est là. Merveilleux, il n’y a pas d’autres mots. Je répète toutefois qu’après quelques pages je n’aurais pas donné cette description, tout vient à qui sait attendre (n’abandonnez pas si vous n’aimez pas le début.)

Je le conseille vivement. Car même l’histoire est bien construite, on dirait vraiment un roman d’aventure pour son début. L’horreur vient après coup et le mélange des deux donne un résultat original, captivant ! Bref une recette qui prend, sans besoin de levure (c’est superficiel). En effet, elle n’en fait pas des tonnes. Le « fantôme » ou autre n’apparaît que quelques fois, le reste, la tension palpable, vient uniquement du personnage et de notre imagination. Hallucinations ? Vérité ? On ne sait pas vraiment au final, le résultat reste le même.

A lire, dans une ambiance horreur ? Pourquoi pas, il fait son petit effet si on laisse l’imagination se mettre en branle. Bonne lecture.

Marion L. (Source image : amazon)

Si vous avez aimé, vous pourriez aimé aussi : Skeleton Creek, tome 1 et 2 de Patrick Carman

Commenter cet article

N
En général, je lis plutôt des thrillers mais pourquoi pas! C'etst le moment de découvrir un nouveau style d'écriture.
Répondre
M
On retrouve la tension d'un thriller. Il se rapproche plus du fantastique que de la fantasy. On devine quelque chose de dangereux et de surnaturel, sans avoir réellement confirmation ^^.