Beautiful dead tomes 1 à 4 d'Eden Maguire (2010)

Publié le par Marion L.

Je donne rarement de mauvais avis mais là... pas le choix.

Tome 1 : Jonas

     Darina est une adolescente de 16-17 ans qui vient de perdre son petit-ami, Phoenix, mort d'un coup de couteau. C'est le quatrième décès d'un jeune en un an dans une petite ville des Etats-Unis, ce qui met tout le monde à cran.

     L'histoire débute par la découverte de Darina, celle des Beautiful Dead (des morts revenus). Folle amoureuse de Phoenix, elle n'écoute pas les menaces/recommandations de Hunter, leur leader. Et pour que sa mémoire ne soit pas effacée, elle accepte de les aider, d'enquêter pour eux, se concentrant tout d'abord sur Jonas, mort dans un accident de moto.

     Voilà la base de l'histoire. Le tout agrémenté d'un amour surpuissant qui dépasse tout et des altercations entre les personnages.

Oui je n'ai pas été subjuguée. Au début l'idée semblait originale et intéressante, et puis j'ai été déçue par son développement. Il manque quelque chose.

     Je pense que l'histoire d'amour grandiloquente n'est pas non plus étrangère à mon mauvais avis. Je n'arrive même pas à la trouver mignonne, juste "trop", à tel point qu'elle semble fausse, surjouée, mal amenée.

     L'histoire me fait penser à la saga des anges déchus mais au fond pas de comparaison, la qualité est loin d'être la même. Le personnage principal ne m'a pas atteinte une seule fois.

Il aurait fallu mettre en avant l'enquête, la recherche de la vérité et pas l'histoire d'amour.

Tome 2 : Arizona

     Ok, des incohérences trop grandes pour moi. Je découvre dans ce tome qu'ils peuvent se cacher aux vivants quand ils ne veulent pas être vus. Alors pourquoi pendant tout le premier tome ils ont cherché à effrayer les gens qui souhaitaient venir les voir ? Ce qui encourageait leur envie de venir.

      Autre chose. Ils s'appellent les "beautiful dead" pour leur physique... les ados morts étaient beaux. Donc si vous avez le malheur de mourir moche, tant pis pour vous ? Je simplifie trop ?

Autrement, ce second tome est mieux que le premier. Nous nous éloignons enfin de l'amour Darina/Phoenix pour nous concentrer sur la mort d'Arizona.

     Le personnage d'Arizona est tellement plus intéressant que celui de Darina. Cette dernière est une ado en pleine crise (au regard de sa relation avec sa mère et son beau-père) qui a vraiment un problème (au regard de ses amis, qu'elle perd). Elle est dans le déni et la rébellion, à croire qu'elle n'a jamais retrouvé son amour mort et vit encore dans son deuil. Ou alors elle n'a besoin que de lui et le reste peut exploser.

      D'accord, ce n'est pas une situation facile, mais tout paraît si faux que je n'arrive pas à lui trouver d'excuses.

J'ai grincé des dents devant les tentatives maladroites de faire avancer l'histoire ou de corser les choses. Dommage.

Tome 3 : Summer

      Là vous vous dîtes : mais pourquoi a-t-elle continué ? Oui je sais, j'ai voulu y croire jusqu'au bout.

     Disons qu'à côté j'étais dans la série Journal d'un vampire et... c'était sans doute le moindre des maux. Oui, je sais, la vie est trop courte pour lire des séries qui ne nous plaisent pas, que voulez-vous, j'aime finir.

Ce tome est comme les autres, pas mieux, pas pire (ce qui est bien.) Déception qui continue. Ai-je eu le courage de lire le 4 ?

Tome 4 : Phoenix

Et oui, j'ai fait ça, je l'ai lu !

     Ayé, il est temps pour Darina de s'occuper de Phoenix. Ce qui est très dur pour elle car beaucoup trop personnel, plus que Summer. Au début elle essaie même de se convaincre qu'elle a tout inventé. Mais la réalité la rattrape. Elle aidera surtout Hunter, leur leader.

     Phoenix ne veut plus de son aide car c'est de plus en plus dangereux. Darina est menacée et en danger de mort. La vérité sera dure à découvrir et encore plus dure à encaisser.

Peut-être mieux et encore... pourquoi elle se met en danger en cherchant la vérité ? Alors que de toute manière elle éclate grâce aux pouvoirs des Beautiful Dead. Quel est l'intérêt de cette histoire ?

Et la série alors ?

Déception immense par l'intrigue et le traitement de l'histoire... Trop invraisemblable pour moi. Même l'histoire d'amour (le noyau dur de cette histoire) paraît fausse. On dirait que l'auteure se sent obliger de rappeler cet amour au lecteur, comme s'il ne coulait pas de source. L'effet est gâché, dommage.

Et le côté fantastique... la réaction des Beautiful dead est incompréhensible. Ils ne veulent pas être découverts, soit. Mais s'ils peuvent disparaître, pourquoi ne pas le faire au lieu de dévoiler leur présence avec des hallucinations ? Pour faire fuir ceux qui veulent squatter, ok, mais pourquoi le faire avec la police qui vient justement vérifier ? Ou quand la police était juste là pour poursuivre des méchants. Pourquoi ne pas la laisser faire ? Ah mais oui, mais non, sinon la suite n'aurait pas été possible ! Quelle mauvaise langue je fais. * ironie

Je n'ai pas trop compris le choix de la maison Flammarion qui est pourtant une bonne maison avec une réputation. Alors pourquoi ça ? Pourquoi ces fautes d’orthographes et de syntaxe ? Ou alors je ne connais pas ce mot par exemple "Furieusssx". Pas un crime et ça arrive mais...

Ok, j'ai détesté, ce n'était pas une raison pour être aussi virulente. Je m'en excuse mais sérieusement ?

Marion (Source des images : la bibliothèque départementale de la Vienne)

Commenter cet article

M
Tu n'as pas à t'excuser ! C'est bien de dire la vérité surtout que tu développes à merveille ton argumentation...et en plus tu as lu la série :) C'est pour ça que j'aime venir te lire car je sais que tu es toujours sincère et c'est ce qui prime pour moi dans les blogs littéraires, cette sincérité qui fait défaut dans certains...et qui n'enlève rien au respect que l'on peut avoir pour l'auteur. Il y a top de romans fabriqués à des fins commerciales et il est temps que les éditeurs rectifient leurs exigences car beaucoup de gens se lassent...Bon dimanche
Répondre
M
Oh merci ! Très touchée par ton commentaire. Je fais tout pour être honnête (je préviens les auteurs qui me sollicitent d'ailleurs) et surtout, je fais tout pour expliquer mes propos quand j'aime et quand je n'aime pas. Que ce soit plus constructif qu'un simple "j'aime pas, c'est nul" ou "j'adore, c'est trop bien !". Contente que ce travail se voit. Bon dimanche à toi aussi.